Paris-Rennes en train. 1h26 suffira en 2015 !

Dans cinq à six ans, Rennes sera à 1 h 26 de Paris en train. Le protocole de financement de la ligne à grande vitesse Ouest a été signé hier. Les travaux entre Le Mans et Rennes devraient débuter en 2011.

182 kilomètres. C’est fait. Vingt ans après la mise en service du TGV entre Paris et Le Mans, le financement de la ligne à grande vitesse Bretagne-Pays-de-la-Loire a été définitivement bouclé hier. Le ministre de l’Écologie Jean-Louis Borloo et le secrétaire d’État chargé des Transports Dominique Bussereau ont signé hier midi avec les représentants des collectivités locales le protocole de financement. La LGV Bretagne-Pays-de-la-Loire, c’est une ligne nouvelle de 182 kilomètres entre Le Mans et Rennes à laquelle s’ajoutent 32 kilomètres pour le barreau qui desservira Sablé-sur-Sarthe.

Paris-Rennes en 1 h 26. En roulant de 300 à 320 km/h entre Le Mans et Rennes, le TGV mettra 37 minutes de moins sur le trajet entre Paris et la capitale bretonne. Soit 1 h 26. Seules 41 minutes sépareront Le Mans et Rennes. Les Nantais seront à 1 h 52 de Paris.
 

Financement assuré : c'est parti !

3,4 milliards d’euros. Le montant des travaux est estimé à 3,4 milliards d’euros. L’Etat apportera un milliard et Réseau ferré de France 1,4 milliard. Restent près d’un milliard à la charge des collectivités locales dont 896 millions pour la Région Bretagne, les quatre départements bretons et les communautés d’agglomération de Rennes et Saint-Malo. La Région Pays-de-la-Loire mettra 94 millions d’euros sur la table.

A l’horizon 2015.
Jean-Louis Borloo et Dominique Bussereau ont souhaité hier que les appels d’offres soient lancés dès aujourd’hui pour aboutir à la signature du partenariat public-privé à la fin 2010. Les travaux pourraient dans ce cas démarrer en 2011 pour une mise en service en 2014 ou 2015.

Et Brest et Quimper ? Saint-Brieuc, Vannes, Lorient, Brest et Quimper profiteront bien sûr de ce gain de 37 minutes. Objectif du Conseil régional : que les deux villes finistériennes soient à 3 h 08 de Paris lorsque la LGV sera en service. Il faudra pour cela que la modernisation des lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper soit achevée. 310 millions d’euros sont engagés dans le cadre du contrat de plan 2005-2013 pour supprimer près d’une quarantaine de passages à niveau. Pour l’axe sud, ces travaux sont en cours sur Malansac-Questembert et sur Auray-Hennebont. Sur l’axe nord, il s’agit des sections Yffiniac-Plénée-Jugon et Quédillac-Rennes. A l’automne sera engagé le chantier Plouaret-Pleyber-Christ. Pour atteindre les 3 h 08, ces lourds travaux ne suffiront pas. Après l’abandon de la technologie des trains pendulaires, le Conseil régional planche désormais sur la mise en service de rames Duplex aptes à circuler à 320 km/h entre Paris et Rennes. Soit un gain de trois minutes. Il estime qu’il faudra également réaliser des travaux complémentaires sur les lignes Rennes-Brest et Rennes-Quimper «de manière à optimiser les vitesses sur des sections plus longues». Le calage technique et financier de cette nouvelle phase de travaux devrait être connu d’ici la fin de l’été.

Le Télégramme - Bretagne - 30/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil