Antennes relais. Cinq plaintes déposées dont une en Bretagne

Les antennes relais continuent de défrayer la chronique. Cinq nouvelles plaintes sous forme d'assignations contre les opérateurs de téléphonie mobile ont été déposées à Paris et en Province, et notamment à Loctudy. Une demande de référé déposé au civil vise ainsi à empêcher l'installation d'une antenne relais de téléphonie mobile de troisième génération dans cette ville du Sud-Finistère. Nyvies Allier qui vit à proximité du terrain où devrait être implantée la future antenne craint pour sa vie. «Je suis porteuse d'un implant actif dans le cerveau», confiait-elle récemment au Télégramme (le 30 mars 2009). Une exposition prolongée à des champs magnétiques pourrait dérégler l'implant : «Si ma valve se dérègle, c'est un risque mortel», indiquait-elle. Le Collectif pour l'application du principe de précaution (Capp), créé à Loctudy, a également déposé un recours au tribunal administratif. Les autres dossiers ont été déposés à Villeneuve-lès-Avignon, Nîmes et Paris. Deux jugements récents ont condamné les opérateurs de téléphonie mobile -Bouygues Telecom le 4 février et SFR le 16février - à démonter leurs antennes relais en raison de l'incertitude sur leur impact sanitaire.
 

Deux jugements récents ont condamné des opérateurs de téléphonie mobile à démonter leurs antennes relais en raison de l'incertitude sur leur impact sanitaire. Photo François Destoc

Table ronde aux ministères
Ces dépôts de plainte interviennent alors qu'un table ronde sur les effets potentiels des téléphones mobiles et des antennes relais sur la santé doit réunir le 23 avril les représentants des cinq collèges (Etat, collectivités, associations, syndicats et organisations patronales. Pour l'Académie de médecine, les antennes ne présentent aucun risque démontré. «Les antennes de téléphonie mobile entraînent une exposition aux champs électromagnétiques 100 à 100.000 fois plus faible que les téléphones portables», relève cette instance conseillère des pouvoirs publics.

Le Télégramme - France - 31/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil