Opération Nénuphar : rassemblement devant la perception

Samedi matin les sympathisants de l'association Agir pour l'environnement et le développement durable, AE2D, se sont retrouvés devant la perception. Dans le cadre de l'opération Nénuphar, pour la reconquête de la qualité de l'eau, ils ont refusé de payer intégralement la taxe pollution de leur dernière facture d'eau.

À l'heure ou l'unanimité se fait pour reconnaître que le problème de l'eau potable est un des enjeux majeurs du XXIe siècle et où la sécheresse estivale a démontré la nécessité de préserver cette ressource, les sympathisants d'AE2D considèrent qu'au niveau de la commune tout n'est pas fait dans ce sens.

Dans le cadre de l'opération Nénuphar pour la reconquête de la qualité des eaux, ils ont décidé et ils s'en expliquent par un courrier adressé au maire Bernard Foricher, de ne pas payer en totalité la part de leur facture d'eau intitulée « lutte contre la pollution ».

 

 

Pour eux « cette taxe est toujours attribuée d'une façon injuste, le principe du pollueur payeur n'est pas respecté. Elle n'est n'est pas utilisée dans la commune pour l'amélioration de la qualité des eaux et pour la lutte contre la pollution. Dans ce cadre, ils indiquent, le captage de Trébaol n'a toujours pas de périmètre de protection et la question se pose de savoir si la commune adhère aux plans de désherbages initiés par la CCPI ». Enfin, les sympathisants du mouvement refusent que l'argent de la taxe pollution soit utilisé pour « nettoyer l'eau » par des techniques de plus en plus coûteuses et ils réclament qu'il serve à protéger la ressource.


Ouest-France - Saint-Renan - 07 octobre 2003

retour page "Presse"

retour page d'accueil