Greenpeace simule un accident nucléaire

Samedi, une opération de sensibilisation contre les risques liés au nucléaire a été menée à Brest par des militants de Greenpeace mais aussi de plusieurs associations (AE2D, la Flottille "rade de Brest pour une mer propre, Sortir du nucléaire Cornouaille et le Mouvement de la Paix).

En début d'après-midi, les militants vêtus de combinaisons jaunes, de casques et de masques à gaz ont arrêté des automobilistes sur le port de commerce.

Pendant quelques minutes, ils leur ont fait croire qu'un accident nucléaire, provoquant des fuites radioactives, s'était produit à l'île-Longue.

Quelques mètres plus loin, ils les ont rassurés en les prévenant qu'il ne s'agissait en fait que d'une simulation pour sensibiliser la population en ce vingtième anniversaire de l'explosion de Tchernobyl.

"Nous voulons alerter les gens sur le fait que le périmètre de sécurité prévu par l'Etat en cas d'accident à l'île-Longue n'est que de 3 km ! C'est trop peu et comme pour Tchernobyl, le nuage ne s'arrêtera pas dans ce périmètre", signale le porte-parole de Greenpeace Bretagne. En fin d'après-midi, les militants anti-nucléaires ont distribué des tracts dans le centre-ville.


Ouest-France - 24-04-2006

retour page "Presse"

retour page d'accueil