Les activités du port soulèvent la grogne d'un collectif d'associations

Dans un courrier adressé au maire et aux différents candidats aux municipales, un collectif d'associations (*) pointe du doigt l'activité industrielle portuaire et les conséquences néfastes qu'elles pourraient avoir sur l'environnement et la santé publique.
C'est précisément les
déchargements de clinkers et de ciment, les 4 et 5 février, qui a mis le feu aux poudres. "Ils se sont déroulés dans des conditions telles que d’épais nuages de poussière se sont dispersés sur la zone portuaire et sur les habitations de St Marc vers le nord est et l’est au-delà de Kérampéré", dénoncent les associations.
"Ces formes de déchargement sont récurrentes, ces pollutions s’ajoutent à la liste de toutes celles que doivent subir les riverains, sans parler des risques industriels."
Profitant de la période électorale, les associations rappellent qu'elles attendent des élus qu'ils agissent. "La population riveraine et les enfants dans les écoles de proximité sont confrontés au dépôt permanent et important de poussières de toutes sortes. Ils sont inquiets des conséquences néfastes sur la santé, comme les allergies ou gênes respiratoires, engendrées par cette pollution. Nous souhaitons une analyse qualitative des poussières soit faite."

(*) le comité de vigilance pour la qualité de l’environnement de BMO, le comité de sauvegarde de l’environnement de St Marc, les associations Cap de Mestriden, les Amis de Kérangal, le Merle Blanc et Agir pour l’environnement et le développement durable

 

Ouest-France (Brest) - 26/02/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil