Qualité des eaux : gare aux propos lénifiants


La France vient d'être à nouveau épinglée à Bruxelles pour ne pas se conformer aux normes européennes concernant la teneur en nitrates et en pesticides des eaux destinées à la consommation humaine.

Dans le même temps des élus régionaux (O.-F. du 4 février 2003) tiennent des propos lénifiants sur la situation en Bretagne. A partir d'un rapport d'étape de Bretagne Eau Pure, ils veulent faire croire à une stagnation de la pollution et mettent en avant l'engagement financier de la région pour 2003 (cinq millions d'euros).

En 2002, un rapport de la Cour des Comptes soulignait qu'en Bretagne, les nombreuses actions mises en œuvre depuis 1993, époque d'une première prise de conscience, se sont ajoutées les unes aux autres sans parvenir à démontrer de résultats probants, bien que des fonds publics d'un montant supérieur à 310 millions d'euros aient été engagés à cette fin. En 2002 aussi, le nombre de cantons en excédent structurel passait de 70 à 104.

Il convient donc de ne pas pratiquer la désinformation et d'éviter des allégations tendancieuses. L'état de la situation doit reposer sur des éléments solides et significatifs et des observations étalées et étayées !

Plutôt que la mise en œuvre de palliatifs (traitements, mélanges, ...) pour réparer ou masquer les dégâts de la pollution, les Bretons attendent une amélioration de la qualité des milieux aquatiques et de la ressource en eaux brutes destinées à la consommation humaine. Ils veulent de vraies réponses à leurs questions sur les pollutions et leurs causes et sur les choix et les remèdes.

Où en est-on dans la protection des 113 prises d'eau superficielle que compte la Bretagne (78% du volume prélevé) et dont une quarantaine est non conforme ? Même question pour les 525 captages ! Combien ont été abandonnés ou sont menacés ? Quelle évaluation et quelle évolution pour les contrats de bassins versants, de baies, de rivières, ... et pour les contrats territoriaux d'exploitation ? Quel est l'impact d'une agro-industrie productiviste sur d'autres activités, tourisme, pêche, cultures marines ?

Roger Abiven

Ouest-France (courrier des lecteurs) -  27 février 2003

retour page "Presse"

retour page d'accueil