La CLCV s'inquiète de la qualité de l'eau

L'Union départementale CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), réunie mardi à Daoulas, sa fait connaître ses inquiétudes sur l'avenir de la qualité de l'eau. Elle a lancé une pétition « vers le zéro-pesticide » qui a recueilli à ce jour 1500 signatures Elle a remise aux préfets (du Finistère et de région), aux services de l'Europe, à la chambre d'agriculture. Parallèlement, une information du public a été menée dans les jardineries signataires de l'action « Jardiner au naturel ».

La CLCV s'est aussi penchée sur les Spanc. « Cette réglementation des assainissements non collectifs est variable selon les secteurs et devrait être uniformisée par une loi-cadre », estime la CLCV.

La troisième préoccupation du moment pour l'association est la gestion des services locaux de l'eau. « La CLCV a toujours été et reste favorable à une gestion publique de l'eau. Celle-ci n'est pas une marchandise permettant aux grandes sociétés internationales de faire des bénéfices, mais une nécessité de vie pour tous les humains. Sa gestion publique par les collectivités locales est une garantie de transparence, tant en qualité qu'en prix. L'ONU s'est prononcé en faveur de cette gestion publique. »

Tél. 02 98 95 34 41. finistere@clcv.org ; à Brest : 27, rue de Saint Brieuc.

 

Les responsables de la CLCV du Finistère, réunis à Daoulas.


Ouest-France - Daoulas - 02/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil