Les gobelets réutilisables promis à un bel avenir

En trois ans, une association de Landerneau en a prêté 60 000. Aujourd'hui, elle passe le relais à un établissement d'aide par le travail.

Comment est née l'initiative ?
Il y a trois ans, les militants de l'association écologiste landernéenne « Mais qu'est-ce que tu fabriques ? » ont acheté 2 000 gobelets réutilisables et consignés. Dans le milieu associatif et culturel, on s'est vite passé le mot. De festivals, en soirées concerts, de tournois en festoù-noz, 60 000 gobelets ont été prêtés en trois ans.

À grande échelle, ça marche aussi
L'association a noué un partenariat avec le festival du Bout du Monde, de Crozon. En août, pour la troisième année, 110 000 gobelets seront proposés sur le site. Là aussi, ça marche. Une astuce pour ne pas perdre son précieux verre : deux petits trous, une jolie ficelle, et hop, il est autour du cou !

Pourquoi passer le relais ?
La dizaine de bénévoles l'avoue : entre la gestion des réservations et le lavage des gobelets, ils n'en pouvaient plus ! Voilà quelques mois, ils ont rencontré Jean-Vincent Le Brun, moniteur à l'Établissement et service d'aide par le travail (Esat) de Dirinon, toujours à la recherche de travail pour son atelier conditionnement. Après deux mois de tests, les six ouvriers ont transformé l'essai avec succès.

 

En pleine semaine du développement durable, les partenaires finistériens de l'opération trinquent au succès de leur initiative écolo et solidaire. Tous espèrent que leur idée sera reprise par des Esat dans d'autres départements.

Comment ça marche ?
L'Esat reprend le service clé en main. Il s'occupe de la logistique (réservations, mise à disposition) et du lavage. Il suffit de passer un coup de fil. Les gobelets sont à retirer le vendredi et à ramener le lundi. Ils sont lavés le mardi. 3 500 gobelets de 25 cl sont en stock, conditionnés en caisses de 250. Au cours d'une même soirée, l'usage d'un gobelet « durable » épargne deux, voire trois gobelets jetables. À 5 les 100 gobelets lavés, le jeu en vaut la chandelle.

Contact :
Établissement et service d'aide par le travail Kérivin, à Dirinon (Finistère).
Téléphone : 02 98 21 62 61.
Email : cat.dirinon@wanadoo.fr


Nelly CLOAREC.
Ouest-France - Bretagne - 03/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil