Cheval mort : le cavalier poursuit le maire

Mauvaise surprise pour le maire de Saint-Michel-en-Grève. Il est visé par le propriétaire du cheval décédé mardi.

Hier matin, René Ropartz, maire de Saint-Michel-en-Grève, a reçu une lettre de mise en cause du cavalier, victime de l'enlisement dans un magma de vase et d'algues vertes avec sa monture. Il devrait porter plainte, dans les prochains jours.

Mardi, son cheval est mort alors qu'il tentait de traverser le Roscoat, la rivière qui se déverse sur la plage. Dans cette lettre adressée par ses avocats, il mentionne « l'hydrogène sulfuré », produit par les algues vertes en putréfaction comme la cause du décès de son cheval, Sir Glitter. Ce vétérinaire de formation a, de son côté, fait réaliser une autopsie du cheval. Selon les déclarations de ses avocats, hier, les premiers résultats confirmeraient que ce dernier est mort d'un oedème pulmonaire, et qu'il n'avait pas d'eau, ni de vase dans ses poumons.

 

L'arrêté municipal interdisant aux chevaux d'être à moins de 200 m de la route est affiché à l'entrée de la plage.

Le cavalier reproche, également, au premier magistrat chargé de la sécurité publique de n'avoir pas suffisamment « signalé le danger ». René Ropartz ne comprend pas. « Nous avons publié un arrêté municipal interdisant le passage de chevaux à moins de 200 m de la route. » Cet arrêté de 2001 est effectivement affiché en deux endroits à l'entrée de la plage pour les piétons. « Toute personne qui doit faire des activités dans un espace naturel doit se renseigner au préalable pour savoir où elle peut aller », poursuit l'élu.

De plus, il remarque qu'en tentant de traverser le Roscoat, « le cavalier se rendait dans la commune de Tréduder, qui avait interdit le passage des chevaux dans la commune ».

Dimanche, une manifestation de soutien au maire, « injustement accusé », selon l'association Sauvegarde du Trégor, sera organisée à Saint-Michel-en-Grève.


Ouest-France - Lannion - 04/08/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil