Au nord de Lambézellec : une route très discutée

Les échanges entre l'est et l'ouest de l'agglomération, passeront par une voie nouvelle au nord de Lambézellec. Deux options s'affrontent : agrandir l'ancienne route ou traverser Le Restic.
Le printemps dans la vallée du Restic, à deux pas du bourg de Lambézellec, n'a pas apporté que des fleurs. D'étranges panneaux bordent les chemins ombragés. «Non à la route départementale», «Vallée en péril», «Zone sensible à protéger» peut-on lire, inscrit en grandes lettres. La mobilisation des associations «vertes» rassemblées sous le collectif «Pour la sauvegarde de la vallée du Restic» contraste avec la quiétude des lieux boisés.

Entre Le Spernot et Kergaradec
Ici, dans cinq ans, il y aura peut-être un boulevard urbain à deux fois une voie. Il débouchera d'un côté au Spernot et de l'autre à Kergaradec. Un projet confirmé par Alain Masson, vice-président de BMO en charge des grands projets : «Il fait partie d'une des deux propositions pour désengorger le bourg de Lambézellec, traversé chaque jour par 12 500 véhicules.»
La route à travers le Restic (option 2) «tient compte de l'environnement, souligne l'élu. Nous avons prévu le cheminement du ruisseau, le passage des piétons et des animaux. Nous proposons aussi d'aménager la vallée pour la rendre plus accessible aux promeneurs.» Et peut-être aussi aux habitants... Les alentours du Restic étant encore l'un des seuls secteurs à bâtir disponibles de Brest avec la zone de Saint-Pierre. À moyen terme, on prévoit à Messioual, Marregues et au Restic la construction de 1 200 logements.
L'autre projet (option 1) réutilise les voiries existantes entre le rond-point de Kérizac, le rond-point du Tromeur et Roc'h-Glaz. Mais il rencontre aussi une forte opposition des riverains qui redoutent l'élargissement de la route actuelle. Pour l'heure, ils semblent peu convaincus par les dispositifs antibruit.
Alors comment concilier tous les intérêts quand chaque solution apporte son lot de détracteurs ? «C'est difficile, mais il faudra bien choisir, reconnaît Alain Masson qui ne veut pas avouer où vont ses préférences. Il est indispensable d'améliorer les échanges est-ouest dans l'agglomération.»
Avec Isabelle Le Glas, adjointe à Lambézellec, il se devra d'être persuasif. La réunion publique pour la présentation des résultats de la concertation prévue ce jeudi soir annonçait «un débat très riche...»

Repères

Trafic
La route actuelle est empruntée par 8 000 véhicules, tous les jours. Après aménagement, on estime sa fréquentation entre 15 000 et 18 000 voitures, soit 10 000 véhicules de plus qu'aujourd'hui. Une alternative au rond- point de Pen-ar-Ch'leuz qui rendra plus accessible la zone de Kergaradec et la polyclinique de Keraudren.

Coût.
La voie de liaison coûtera 11 millions d'euros. Une première tranche de travaux. Il s'agira ensuite de réaménager le boulevard de l'Europe qui devrait être délesté d’une partie du trafic venant du nord et de l'est de l’agglomération.

Calendrier
Réunions publiques, concertations, on est en phase d'observation et d'analyse. Le tracé sera retenu lors du conseil de communauté de Brest métropole fin juin. L'instruction administrative devrait débuter à l'automne et l'enquête publique début 2010. L'ensemble de la voirie sera te miné en 2014.

Aménagements
La variante 1 qui reprend les voies existantes prévoit un élargissement de la route et des aménagements afin de réduire les nuisances. La variante 2 qui traverse le Restic disposerait en plus d'une voie piétonne et d'une voie vélo.

Sabine NICLOT-BARON.
Ouest-France - Brest - 05/06/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil