Une maquette inerte grandeur nature du futur M51

Le test du 18 avril s'inscrit dans un programme d'essais du missile M51 destiné à équiper à partir de 2010 les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins français. Le M51 est un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) qui va remplacer le M45, actuel vecteur de la composante sous-marine de la dissuasion nucléaire française.

D'une portée de 8 000 km, ce missile MSBS mesure douze mètres de long et pèse 56 tonnes. Exactement comme la maquette perdue par la Marine nationale lors du test effectué avec le sous-marin Le Terrible.

Les tests ont démarré en décembre 2003, avec un essai de lancement d'une maquette inerte dénommée Jonas. Ils se sont poursuivis le 9 novembre 2006 puis le 21 juin 2007, sur le pas de tir immergé du centre d'essais de lancement de missiles de la DGA à Biscarrosse (Landes). Un autre test, lui aussi réussi, s'est déroulé le 13 novembre 2008.

Ces essais sont destinés à valider le comportement des missiles dans les premiers instants de leur trajectoire, entre le moment où l'ordre de tir est donné et la sortie de l'eau. L'utilisation de maquettes inertes, mais à l'échelle 1, permet aussi de tester le système de lancement du sous-marin et d'affiner la stabilisation du SNLE lors du tir d'un missile.

Lors de l'essai du 18 avril, tous les systèmes ont bien fonctionné, sauf celui de flottabilité. Les grosses bouées qui doivent se gonfler pour permettre la récupération de la maquette et des instruments de mesure qu'elle contient, n'ont pas rempli leur office.

 

ECPED/DGA

Philippe CHAPLEAU.
Ouest-France - Bretagne - 09/05/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil