Qualité de l'eau : le bilan du département

Le préfet a présenté hier le bilan de la qualité des eaux douces et littorales en 2008. Dans le Finistère, la situation est plutôt bonne.

Les nitrates dans les eaux brutes

Les concentrations excessives en nitrates sont, pour une grande part, responsables de la prolifération d'algues vertes sur le littoral. Des dépassements de la concentration maximale fixée à 50 mg/l sont toujours observés sur l'Horn, l'Aber-Wrac'h et le Kermorvan. Les moyennes en ces deux derniers points sont toutefois inférieures à 50 mg/l pour le premier et 40 mg/l pour le dernier. Par ailleurs, la fermeture programmée du prélèvement dans l'Horn aura lieu à la fin de l'été.

 

Le préfet a présenté jeudi le bilan de la qualité des eaux douces et littorales en 2008.

Les pesticides
Ils sont utilisés par les agriculteurs pour la protection de leurs cultures, par les collectivités, par les réseaux de transports et par les particuliers. Ils présentent des risques pour l'environnement. Dans les eaux brutes, sur 85 captages d'eau souterraine contrôlés, 8, comme l'année dernière, ont présenté une concentration maximale comprise entre 0,1 et 0,95 micron grammes/l. La molécule la plus fréquemment rencontrée reste la déséthyl-atrazine. Alors que l'atrazine est interdite depuis le 30 septembre 2003. Les concentrations dans les eaux traitées sont beaucoup plus faibles grâce aux traitements correctifs mis en place dans les usines. Néanmoins, 10 communes ont subi quelques dépassements de limite de qualité en déséthyl-atrazine, en acéchlore, glyphosate et carbofuran.

La qualité des eaux distribuées
Au niveau bactériologique, l'exploitation des 2 651 prélèvements effectués sur les eaux distribuées fait ressortir un taux de conformité de 99,6 % en 2008. Les quelques cas de présence de germes (10 prélèvements en 2008) ont pu révéler des contaminations survenues dans les réseaux de distribution ou le dysfonctionnement de la désinfection. Cette année, aucun abonné n'a consommé de l'eau d'une teneur moyenne en nitrates supérieure à la limite de 50 mg/l. Des dépassements ponctuels ont été enregistrés dans 4 communes : Cléden-Cap-Sizun, Goulien, Elliant et Saint-Thurien. Ils sont dus pour la plupart à une défaillance technique.

Les périmètres de protection des captages
A la fin de l'année 2008 sur 189 champs captants d'eau souterraine qui représentent 285 ouvrages, 134 déclarations d'utilité publiques instaurant les périmètres de protection sont prononcées. Cela représente 71 % des points de prélèvements.

Les zones de pêche à pied
Selon les services, il y a une légère dégradation de la qualité des gisements en 2008. La présence de phytoplancton marin toxique conduit à la prise d'arrêtés préfectoraux d'interdiction de ramassage et de vente de coquillages.

Les eaux de baignade en mer
Les 1 819 prélèvements de cette année ont été faits sur les 257 points de surveillance dans les zones de baignade recensées par les mairies. Le taux de conformité est de 99 %. L'année prochaine, les conditions de contrôles seront différentes.

L'assainissement des eaux urbaines
À la fin 2008, le Finistère compte 65 stations d'épuration communales ou intercommunales. Une seule n'est pas en conformité : celle de Camaret.

Sources : cahier de la mission interservices de l'eau (Mise) n° 12, juin 2009.

Ouest-France - Finistère - 10/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil