Après l'ex-Clemenceau, le test du Winner

Le comité de vigilance ex-Clemenceau ne désarme pas malgré l'échec de sa campagne pour empêcher l'ancien porte-avions de quitter Brest. « Nous avons mis le débat sur la place publique, estime Yann Masson. Les gens voient l'arsenal se vider. Le démantèlement des vieux navires doit contribuer à créer des emplois industriels à Brest. »

Un nouveau combat se profile déjà à l'horizon. Amarré en Penfeld, le Winner pourrait être le prochain nom sur la liste des vieilles coques à déconstruire. Pour le comité de vigilance, le sort de l'ancien cargo sera un test. « Il est propriété de l'État, rappelle Christian Bucher. Nous avons cru comprendre que la Marine avait la volonté de le démanteler. »

Le comité de vigilance souhaite toujours qu'un pôle de déconstruction voie le jour à Brest. Il demande à rencontrer la secrétaire d'État à l'Écologie, Chantal Jouanno, qui sera présente jeudi à l'École navale.

 

Les membres du comité de vigilance ex-Clemenceau ne désarment pas malgré le départ de l'ancien porte-avions.

Ouest-France - Brest - 11/02/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil