Une centaine de faucheurs volontaires manifeste contre le maïs irrigué

Ce lundi, peu avant 9 h, une centaine de faucheurs volontaires ont investi la réserve d'eau de substitution d'Oulmes. Ils sont montés sur cette dernière et ont affiché leur revendications sur de multiples banderoles. Pacifiquement, ils ont mené cette action pour dénoncer ces réserves qui «pérénisent le système de mono-culture du maïs. Un système qui n'est pas bon pour l'environnement», précise Claude Bonnin, faucheur volontaire de Vendée. Une cinquantaine d'agriculteurs et des représentants de la FDSEA Vendée (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) étaient également présents pour défendre l'intérêt que représentent pour eux ces retenues collinaires.

Un dialogue de sourds
Malgré une certaine tension un dialogue s'est installé entre les deux camps au cours de la matinée. «Mais on ne comprend pas leur manifestation, car par cet ouvrage on veut limiter notre consommation d'eau», explique Xavier Garreau, vice président de la FDSEA.
Cette action fait suite à l'assemblée générale des faucheurs volontaires qui s'est tenue ce week-end à Fontenay.

 

Pendant une heure, les faucheurs volontaires ont fait passer leur message à travers des bandorles installées le long de la réserve d'eau de substitution d'Oulmes.

Site Internet - Ouest-France - 13/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil