Installations classées, sujet sensible au dernier conseil

Pas moins de 19 dossiers étaient soumis au vote lors du conseil municipal qui s'est tenu jeudi sous la présidence de Claude Guiavarc'h. Parmi les dossiers sensibles, un courrier informant le préfet de la décision du conseil municipal de ne plus se prononcer sur les projets individuels d'évolution des élevages soumis à autorisation.

Il évoquait, d'une part le fait d'être en zone d'excédents structurels et la mise en place d'actions en vue d'une reconquête de la qualité de l'eau et d'autre part, les nombreuses fermetures de la zone de production ostréicole des Abers pour cause de pollution fécale.

Jean-François Tréguer, de la liste d'opposition Agir pour Lannilis a souhaité se faire entendre : « Le préfet nous interroge. Je considère que c'est manquer de courage de ne pas répondre. Les agriculteurs ont fait de gros efforts pour la reconquête de la qualité de l'eau. Ces dossiers soumis au vote n'ont pas de responsabilité dans la dégradation de l'eau. Ils sont liés à l'économie, ce sont des entreprises qui investissent ». Pour Jean-Yves Lhôtellier d'Agir pour Lannilis : « Un document comme ça, c'est une fuite en avant ».

Le maire de Lannilis s'est ensuite exprimé : « L'aménagement du territoire, c'est de répartir les exploitations sur une surface et non de les concentrer dans une même zone. Ce n'est pas manquer de courage de rédiger ce document. Nous ne voyons pas l'utilité de passer des dossiers qui sont tous semblables. Il y a une réglementation. Si elle est appliquée, il n'y a aucune raison de s'opposer. Au niveau de Lannilis, il y a plus de problème de pollution humaine qu'agricole, c'est pour cela que nous avons voté pour la composition d'un bureau d'étude notamment pour les problèmes d'assainissement de Paluden et de Kerveur. La proposition que nous adressons au préfet est partagée par différentes communes ».

Ouest-France - Lannilis - 13/12/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil