Algues vertes : le ras-le-bol des associations

Les défenseurs de l'environnement dénoncent le 4e plan d'action directive nitrate. Ils invitent le public à manifester en septembre et à signer avant le 17 juillet, une pétition.

Vendredi, sur la plage à l'embouchure du Yar, limite des communes de Tréduder et de Plestin-les-Grèves, les représentants des associations de défense de l'environnement : Denis Baulier d'Opération nénuphar, André Pochon du Cédapa, Yves-Marie Le Lay, de Sauvegarde du Trégor, André Ollivro d'Halte aux marées vertes et Thierry Dereux, président de Côtes-d'Armor environnement, ont fait part une nouvelle fois de leur ras-le-bol des marées vertes. « Elles sont arrivées plus tardivement mais en plus grande quantité. 10 000 tonnes ont déjà été ramassées dans la baie. »

Dans le collimateur, le 4e plan d'action directive nitrate. Les associations de défense de l'environnement invitent le public à signer une pétition et à l'adresser à la préfecture de Saint-Brieuc, avant le 17 juillet. Après consultation du projet de 4e plan d'action directive nitrate, les responsables demandent que les dates d'épandage soient reportées du 15 janvier au 15 février, sur céréales et du 15 janvier au 1er avril, sur les cultures de printemps, telles que le maïs et la betterave.

 

André Ollivro, Yves-Marie Le Lay, Denis Baulier, Thierry Dereux et André Pochon, défenseurs de l'environnement, dénoncent le 4e plan d'action directive nitrate.

Porter plainte

« C'est une logique du bon sens, souligne André pochon, fervent défenseur du retour à l'herbe. L'hiver les sols sont nus, la pluie les lessive et apporte directement les nitrates à la mer. En pleine crise laitière, la Bretagne peut ressourcer son agriculture en changeant radicalement de système, en passant au bio ou à l'agriculture durable. »

Il dénonce l'incohérence entre ce projet du 4e plan et le futur schéma d'aménagement des eaux. « Il ne prend toujours pas en compte les bassins-versants, pour délimiter la zone protection des captages d'eau potable », souligne André Ollivro. « La loi votée en 1992, définissant cette zone de protection au bassin-versant, n'a toujours pas été appliquée, souligne Denis Baulier. Il n'y a aucune volonté de la part de l'État de le faire. »

Les associations proposent également que les normes européennes de 25 mg de nitrate par litre d'eau potable soient appliquées alors qu'en France elles sont de 50 mg/l. « Lors du Grenelle de la mer, j'ai proposé que ce périmètre de protection soit retenu, fait part Yves-Marie Le Lay. Serons-nous obligés de porter plainte individuellement contre l'État pour que cette loi soit appliquée ? »

Le 25 septembre, les associations de lutte contre les marées vertes donnent rendez-vous sur la plage de Grandville à Hillion pour une manifestation.

Ouest-France - Lannion - 14/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil