Grattage du Clem' : BMO en "confiance"

« Ce n'est pas un carénage » selon Thierry Fayret, vice-président en charge du contrat de rade. Mais un nettoyage manuel.

L’association AE2D a déposé une contre X pour « délit de pollution des eaux », du fait que la Marine ait procédé au grattage des algues et crépidules présentes sur la coque de l'ex-Clemenceau, à flot.
Thierry Fayret, vice-président de Brest métropole océane, en charge du contrat de rade, nous a indiqué que le service rade s'est d'abord « étonné » auprès de la Marine, d'un tel procédé en milieu naturel. Il ajoute : « Les réponses nous ont semblé aller dans le bon sens. Les plongeurs grattent à la main. Ce n'est pas un carénage. Et même si un peu de peinture part, elle a plus de 15 ans, donc plus beaucoup de TBT » (la substance active biocide). L'élu ajoute : « C'est leur initiative. Mais nous sommes dans un climat de confiance. » Il attend les relevés chimiques de l'eau autour de la coque, effectués par... la Marine.

Ouest-France - Brest - 15/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil