Halte aux marées vertes soutient Thalassa

A contre-courant des réactions, Michel Guillemot, président de l'association Halte aux marées vertes, a écrit à Georges Pernoud.

« Nos enfants nous accuseraient,M. Georges Pernoud, de ne pas avoir mené le combat pour la reconquête de la qualité de l'eau jusqu'au bout et d'abandonner avant d'avoir eu de véritables résultats. La Bretagne après avoir été souillée par les marées noires - pollution venant de l'extérieur - l'est aujourd'hui avec les marées vertes, une pollution venant de l'intérieur de nos terres.

Comme vous le montrez dans votre générique qui présente notre magnifique côte, nous savons que la Bretagne est belle avec ces multiples facettes. Mais vous avez raison Monsieur et votre équipe de journalistes d'avoir fait votre travail d'investigation que cela plaise ou non à ceux qui aimeraient que l'on enfouisse ou cache les cicatrices environnementales de nos côtes, de nos terres. Cela fait bientôt 10 ans que Halte aux marées vertes mène ce combat avec d'autres associations. Thalassa avait déjà fait un reportage il y a plus de dix ans sur les marées vertes et aujourd'hui rien n'a changé. [...]

Aucun résultat probant ne permet d'avoir un espoir. Les tonnages d'algues vertes croissent année après année. Pourquoi on ne contrôle pas mieux les élevages. Il y a bien des avions pour contrôler les pêcheurs et ainsi sauvegarder la ressource ou même des radars sur nos routes pour sauvegarder nos vies ! Avant qu'il ne soit trop tard nous invitons de nouveau le préfet et le président du conseil général à venir voir nos plages, à constater et à agir tout comme l'a fait Edgard Pisani en octobre en disant : « C'est évident l'État ne fait pas son travail ». Tous nos encouragements à Thalassa. »

Ouest-France - Saint-Brieuc - 16/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil