Ex-Clemenceau : la Marine sort ses analyses

Des prélèvements d'eau ont été faits autour de la coque. Les analyses ne montrent aucune trace de pollution manifeste.

La Marine vient de répliquer à l'association AE2D, qui a porté plainte contre X pour « pollution des eaux ». Hier, elle a rendu publics les résultats d'analyse des prélèvements d'eau autour de la coque de l'ex-Clemenceau. Ceux-ci ne montrent aucune trace de pollution manifeste, en particulier par les tributylétains (TBT).

Ces premiers résultats ont donné une teneur moyenne en TBT de 13 nanogrammes par litre sur l'ensemble de la colonne d'eau, à rapporter à une valeur moyenne sur les trois dernières années de 9 nanogrammes par litre. « Ces concentrations sont très faibles et se situent aux limites de détection de ces substances », indique la Marine.

Par rapport aux autres points de prélèvements de la rade, elles sont du même ordre de grandeur, et inférieures aux concentrations relevées à l'embouchure de la Penfeld qui sont de 16 nanogrammes par litre pour la même période.
 

La campagne de mesures en tributylétains a été conduite après les opérations de nettoyage de la coque de l'ex-Clemenceau par des plongeurs.

A titre d'information, la Marine précise que les concentrations moyennes relevées dans le port militaire en 1992 étaient de 80 nanogrammes par litre et qu'elles n'ont cessé de décroître depuis.

La campagne de mesures en tributylétains a été conduite après les opérations de nettoyage de la coque de l'ex-Clemenceau. Du 5 au 10 janvier les plongeurs de la Marine nationale l'ont grattée pour retirer des algues et concrétions qui s'y trouvaient.

Ouest-France - Brest - 17/01/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil