Les voies vertes font leur bonhomme de chemin

Petit à petit et de bout en bout, le Finistère complète son offre en matière de véloroutes et voies douces. Exemple tout frais à Scaër.

Ici le chemin de fer eut son heure de gloire. Les voies ferrées qui permirent aux trains chargés de bois de rallier le pays de Scaër à Quimper sont tombées en désuétude depuis belle-lurette (1967 pour être précis).
Pas pour tout le monde. Transformées en véloroutes et voies vertes, elles font désormais le bonheur des randonneurs, cyclistes et cavaliers qui peuvent se mettre en jambes sur des parcours dignes de ce nom. Aménagées, balisées dans les règles de l'art, les voies vertes sillonnent doucement - mais sûrement - d'un bout à l'autre du Finistère. Il manquait à ce schéma lancé par le conseil général en 2002 (1), un maillon pour clore l'axe sud-nord (de Roscoff à Concarneau en passant par Morlaix et Carhaix).

Rustiques
Pierre Maille, président du conseil général s'est donc rendu à la lisière de la forêt de Coat-Loc'h, poumon vert de Scaër. Où la voie verte n° 7 (16 km de Rosporden à Scaër aux confins de la frontière morbihannaise) est sur les rails. Au propre comme au figuré, puisque la piste est littéralement posée sur l'ancien ballast. « Voilà qui enrichit et complète l'offre touristique dans le département et la région, sourit Pierre Maille. Ces voies sont remarquables techniquement, rustiques au bon sens du terme parce qu'elles s'intègrent sans artifices au paysage. Gageons que leurs usagers cohabitent sans souci. »
La réfection et l'aménagement de cette grosse quinzaine de kilomètres auront coûté 87 500 dont 20 % pris en charge par la Région. Élagage des arbres pour laisser passer une lumière tamisée, curage des fossés pour que le randonneur garde le pied au sec sur la sente sablonneuse, création d'accès spécifiques pour les personnes à mobilité réduite... Un ensemble dûment sécurisé, signalé, protégé.
En ce printemps naissant et l'été arrivant au pas de course, on peut donc s'attendre à de nouveaux trains de randonneurs du sud au nord Finistère.

(1) Le réseau de voies vertes et véloroutes totalise quelque 1 400 km.

Pierre WADOUX.
Ouest-France - Finistère - 18/05/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil