Les Verts dénoncent l'incinération

Les Verts veulent modifier le plan départemental des déchets du Finistère proposé par le Département pour 2008-2018.
Deux questions à Michel Le Saint, délégué des Verts du Finistère à l'échelon régional.

Que reprochez-vous au plan départemental des déchets ?
En passant de 288 kg par habitant et par an d'ordures ménagères résiduelles collectées en 2005 à 233 en 2013, le Finistère ferait moins bien que les collectivités en pointe en ce domaine. L'effort de valorisation est insuffisant. On ne peut pas mettre sur le même pied la valorisation matière (recyclage-compostage) et la valorisation énergétique (par incinération).
Le choix d'une organisation en deux zones (sud et centre-nord) ne permet pas une véritable gestion de proximité. Le bon échelon est les communautés de communes ou d'agglomération. Le plan conforte la filière incinération en continuant avec les quatre unités du département.

Quelles sont vos propositions ?
Il faut une redevance incitative pour responsabiliser les usagers. Qu'ils ne payent que le volume qu'ils ont rejeté. Il faut valoriser au maximum la matière organique en mettant en place une collecte sélective. Le traitement des fermentescibles permettrait de donner une seconde vie agronomique.
Les verts proposent un centre de stockage par pays qui, au lieu d'être des sites d'enfouissement, seraient des sites de surface recueillant des déchets inertes et triés. On pourrait ainsi conserver la possibilité de les traiter et de les valoriser quand les progrès technologiques le permettront. L'étude récente recense 11 sites de stockage. Une étude de faisabilité est en cours à Saint-Martin-des-Champs.
Il faut une gestion en régie des déchets et un plan de sortie de l'incinération avec la fermeture d'un incinérateur en 2013 puis d'autres.

Ouest-France - Finistère - 20/02/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil