Un forum mondial de l'eau... tiède

La réunion d'Istanbul s'est conclue sur une déclaration qui ne reconnaît pas le droit de chacun à accéder à l'eau.

La secrétaire d'état française à l'Écologie est restée sur sa soif. « Il est choquant de voir que, pour la première cause de mortalité dans le monde, il n'y a pas plus de mobilisation. Il faudrait que les politiques s'impliquent beaucoup plus », a lancé, hier, Chantal Jouanno, à son retour de Turquie. Toute la semaine, plus de 25 000 personnes ont cogité et débattu au 5ème Forum mondial de l'eau.
Nombre d'organisations gouvernementales et plusieurs pays, dont la France, espéraient voir, enfin, consacré le droit à l'accès à l'eau. « Comment parler de droits de l'Homme si on ne parle pas de droit à l'accès à l'eau ? C'est le droit qui conditionne tous les autres », justifie Chantal Jouanno.
Près d'un milliard de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et 2,5 milliards n'ont pas accès à un système sanitaire décent. Environ 80 % des maladies des pays en développement (diarrhées, choléra…) sont liées à l’eau.

Un besoin, pas un droit
La déclaration ministérielle finale du forum n'a finalement pas retenu cette notion essentielle de « droit ». Elle se contente de reconnaître que l'accès à l'eau et à l'assainissement est un « besoin humain fondamental ».
Le texte, qui n'est pas contraignant, énumère un certain nombre d'engagements : urgence de faire des économies d'eau, en particulier dans
l'agriculture, de lutter contre la pollution... Il affirme la nécessité de collecter et de traiter les eaux usées, au-delà de l'indispensable accès aux toilettes.
Cette déclaration ne mentionne pas la convention des Nations unies sur les cours d'eau transfrontaliers. Adoptée en 1997, elle n'est toujours pas entrée en vigueur : la ratification de trente-cinq États est nécessaire et seuls seize l'ont fait, à ce jour. La France vient d'annoncer qu'elle allait la ratifier. La planète compte plus de 260 bassins fluviaux partagés par plusieurs pays. 145 États sont concernés.


Ouest-France
- Monde - 23/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil