Bois tropicaux : Greenpeace en action dans les commerces

Samedi, pour la journée internationale des forets, Greenpeace a informé sur la provenance des bois tropicaux, avec humour et décontraction.

Stupeur de la vendeuse de Maison du monde en voyant entrer un militant de Greenpeace grimé en grand singe. « Il y a du bois qui vient de la maison de monsieur le gorille ? » lance une militante.
Le ton est donné. De l'humour, mais pas au détriment de l'information. Car en cette journée internationale des forets, Greenpeace entend sensibiliser commerçants et acheteurs sur la provenance, parfois douteuse, des bois d'Amazonie, d'Indonésie ou du Congo.

Développement durable
L'accueil reste pourtant distant, et le gorille ne ressort pas avec des réponses, mais un catalogue « où vous trouverez nos clauses sur le développement durable. »
Au magasin Brico-dépot, les militants restent une demie heure, avec la bénédiction du gérant. « On a eu la possibilité de distribuer des tracts aux clients, se réjouit Barbara Philip. À l'intérieur, nous avons guidé les acheteurs vers les articles étiquetés FSC (Forest Stewardship Council), l'écolabel garantissant le mieux le respect de la gestion durable des forets. »

 

Greenpeace a mené son action auprès des commerçants et a sensibilisé les clients par la distribution de tracts et de slogans chocs.

Acheter local
Greenpeace s'inquiète que 20 à 40 % des bois tropicaux vendus en Europe sont d'origine incertaine. La déforestation se poursuit à grande vitesse : « Toutes les 2 secondes, l'équivalent de la surface d'un terrain de football disparaît ! »
Ce qui a des conséquences climatiques, car selon l'ONG « la destruction des forets est responsable de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. »
Pour ne pas être acteur de cette marche en avant, Barbara Philip n'a qu'un conseil à donner : « acheter du bois de provenance locale. »


Ouest-France
- Brest - 23/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil