Les Bretons consomment toujours plus de courant

Avec une hausse de 15 % de sa consommation électrique ces cinq dernières années, la région peine à subvenir à ses besoins. Réseau Transport Électricité veut installer une centrale à gaz.

Consommation

L'hiver dernier n'a pas contribué à alléger la consommation électrique de 2008. « Nous avons constaté une progression de 4,4 % de la consommation totale d'électricité en Bretagne par rapport à l'année 2007, soit une des plus fortes augmentations sur le territoire français », note Didier Beny, directeur de Réseau transport électricité (RTE) Ouest.

Sur les cinq dernières années, la consommation a augmenté de près de 15 %, soit trois fois plus qu'au plan national. Explications : « Une hausse démographique de 40 %, l'utilisation de plus en plus d'appareils électriques (ordinateurs, consoles, téléviseurs), la création de PME et PMI, mais aussi la tendance, avec les hausses du pétrole et du gaz, à équiper les maisons en tout électrique. »

 

Le 7 janvier dernier, la Bretagne a connu un pic de consommation record : 17 150 mégawatts. : Archives OF / David Adémas

Record
Les 5, 6 et 7 janvier, la Bretagne a battu trois records historiques de consommation. « Avec des températures de 5 à 9 °C en dessous des normales saisonnières, la consommation instantanée la plus forte a été enregistrée à 17 150 mégawatts, le mercredi 7 janvier. Cette pointe de consommation, encore jamais atteinte, est supérieure de 1 000 MW au précédent pic, relevé le 19 décembre 2007. Ce surcroît équivaut à la consommation d'environ trois fois l'agglomération rennaise. »

Difficile équilibre
Un des inconvénients majeurs de l'électricité est qu'elle ne peut pas être stockée. RTE ajuste donc en temps réel l'offre et la demande. Un vrai travail d'équilibriste, compliqué par le manque d'autonomie de la Bretagne. « Nous ne produisons que 8 % de notre consommation énergétique. »
L'effort sur les éoliennes sur terre et offshore est encore très loin de minimiser cette dépendance. Une des solutions prônée par RTE : « L'implantation d'une centrale à gaz à Ploufragan. En attendant 2012, nous allons encore subir deux ou trois hivers difficiles. Sans cette centrale, ça risque de devenir extrêmement difficile dans les prochaines années. Il y a urgence. »
Problème : Claudy Lebreton, le président du conseil général des Côtes-d'Armor, a annoncé l'abandon de ce projet, décrié par les élus locaux et les associations de protection de l'environnement. Et le ministère de l'Écologie a indiqué en janvier que le projet ne se ferait pas « en l'état ».

Investissements
RTE Ouest a investi 32 millions d'euros en 2008 pour la sécurisation du réseau face aux aléas climatiques. Vingt-cinq kilomètres de lignes à 400 00 volts, cent trente kilomètres de lignes à 225 000 volts et cinquante-cinq kilomètres de lignes à haute tension ont été sécurisés dans l'Ouest.
Pour l'année 2009, 35 millions d'euros d'investissements sont programmés. Dont 27 millions d'euros pour le réseau 225 000 volts entre Nantes et Lorient « proche de la saturation » et 5,5 millions d'euros « pour renforcer l'alimentation électrique de l'agglomération de Pontivy avec un aménagement du poste existant de Kerboquet »

Samuel NOHRA.
Ouest-France
- Finistère - 24/04/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil