Nouvelle marée verte dans la baie de Lannion

D'importantes quantités d'algues vertes viennent de s'échouer sur les rivages de la grève de Saint-Michel. Par endroits sur des rochers d'où il va être difficile de les enlever.


« On aurait dit des dos de baleines flottant à la surface. » C'est ainsi qu'un véliplanchiste décrivait, il y a quelques jours, les innombrables amas d'algues vertes dérivant en baie de Lannion. Et, comme on pouvait le craindre, ils ont fini par s'échouer au fond de la baie, principalement sur les plages de Saint-Michel-en-Grève et de Trédrez-Locquémeau. Une marée verte qui n'a pas étonné les habitants de la région. Depuis près de quarante ans, ils savent que, chaque année à pareille époque, ils auront à subir le phénomène jusqu'à l'automne. Bon nombre d'entre eux ont, en revanche, été surpris par la quantité d'ulves échouées en cette fin de semaine avec le renforcement des coefficients de marée.
 

Joël Le Jeune, maire de Trédrez-Locquémeau, se demande comment faire pour enlever les algues venues s'échouer sur les rochers du petit port de Toul-ar-Vilin.

« C'est la première fois qu'il en arrive autant, estime Catherine Beghinni, conseillère municipale de Saint-Michel-en-Grève et riveraine de la plage, d'habitude elles restent confinées en fond de baie, cette fois, elles se sont répandues un peu partout. » Asthmatique, elle a même eu à souffrir, vendredi soir, « d'odeurs irritantes pour les yeux et la gorge. Ça ne m'était encore jamais arrivé ». En dehors des désagréments physiques liés au phénomène, cette marée verte pose aussi des problèmes pratiques aux plaisanciers du coin. Vu l'épaisseur de la couche d'algues, certains pêcheurs ont dû, hier, renoncer à rejoindre leur canot échoué à quelques dizaines de mètres du rivage. Une journée de pêche en moins. Ces échouages sont-ils les plus importants jamais recensés ici ? « Pas forcément, explique Joël Le Jeune, maire de Trédrez-Locquémeau, simplement cette fois, en raison des vents de sud-ouest notamment, les algues ont échoué en des endroits où elles ne le faisaient pas habituellement. » Et notamment sur les rochers du petit port de Toul-ar-Vilin à Trédrez d'où il va être difficile de les enlever.

« Une configuration de type marée noire »
En tant que président de la communauté d'agglomération de Lannion qui organise la collecte, Joël Le Jeune se demande d'ailleurs comment mener les opérations. « La société chargée du ramassage sait travailler sur le sable en terrain plat, mais pour nettoyer les rochers, ça va être une autre affaire. On est quasiment dans une configuration de type marée noire. » Lundi, la collectivité décidera de la manière de procéder. Il se pourrait bien qu'elle n'ait d'autre solution que de faire ramasser les algues à la fourche. Ce qui risque de prendre pas mal de temps. À moins que, comme l'espéraient certains hier midi, la marée du soir fasse le boulot. Après tout, le vert n'est-il pas la couleur de l'espoir ?

Loïc BEAUVERGER.
Ouest-France - France - 24/05/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil