Suez s'engage auprès d'Océanopolis

Une convention d'un million d'euros. Sur fond d'échéance en 2012 de l'actuel contrat sur l'eau entre Veolia et BMO.

150 000 par an pendant cinq ans. C'est ce qu'apporte!e géant Suez Environnement (12 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 63 000 salariés) au fonctionnement d'Océanopolis. La convention a été signée jeudi, entre François Cuillandre, président de la Sopab, la société d'économie mixte qui gère l'équipement de Brest métropole océane, et Jean-Louis Chaussade, directeur général de Suez Environnement.

Cet argent participera au financement des expositions temporaires et animations d'Océanopolis : « biodiversité» pendant deux ans, puis « littoral » ensuite. Le patron de Suez souhaite ainsi «travailler avec des gens qui peuvent nous aider à réfléchir sur la biodiversité». Une notion encore récente dans la culture de son entreprise dit-il.

Elyo, qui avait décroché le contrat de gestion d'Océanopolis il y a dix ans aux côtés de la Sopab, est une filiale de GDF-Suez, principal actionnaire de Suez Environnement. Suez était très présent à Brest 2008. Il devrait l'être encore en 2012. François Cuillandre s'est réjoui d'une «relation quasiment d'amitié, un partenariat très fort», avec ce spécialiste de l'eau et des déchets. Deux marchés qui lui sont pourtant passés sous le nez pour l'instant à Brest.

Mais comme le hasard fait bien les choses, le contrat pour l'eau potable et l'assainissement (33 millions d'euros par an), aux mains de Veolia eau depuis 25 ans, prend fin en 2012. «Oui, nous répondrons à !'appel d'offres, s'est contenté de dire le directeur général de Suez, comme à 500 autres en France.» Bien sûr sa présence n'avait rien à voir.

D'ailleurs, François Cuillandre a rappelé qu'il était là en tant que président de la Sopab et non président de Brest métropole océane...

Sébastien PANOU.
Ouest-France
- Brest - 27/03/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil