Le Rody se prépare à accueillir 5000 habitants d'ici 2016

La situation
L'aménagement d'un nouveau quartier au Rody est l'un des projets phares de Brest Métropole Océane (BMO) pour ces prochaines années. L'enjeu : construire un quartier dans une zone de 400 ha située entre le boulevard de Coataudon au Nord, Je vallon du Stang Alar à l'Ouest, la plage du Moulin-Blanc au sud et la vallée du Costour à l'est. Philippe Lannuzel, de l'Adeupa, l'agence de développement du pays de Brest, a rendu ses premières conclusions jeudi soir à l'occasion d'une réunion publique parfois houleuse.

5 000 nouveaux habitants
Les premières orientations semblent privilégier deux axes : la création d'un cur de quartier (logements, commerces...) et la création d'un corridor vert entre le vallon du Stangalard et la vallée du Costour. A terme, c'est-à-dire d'ici 2016, le Rody nouvelle version devrait accueillir 5 à 6 000 nouveaux habitants. Ce qui conforterait la place de Guipavas parmi les plus grosses communes du Finistère.

Des logements sociaux
Comme le rappelle Alain Queffélec, maire, "ce nouveau quartier nous permettra de combler notre déficit en logements sociaux". Chaque année, en application de la loi "Solidarité et renouvellement urbain", Guipavas verse 100.000 à l'Etat parce qu'elle ne compte pas suffisamment de logements sociaux.

Des services
Outre la création de commerces, le projet intègre le transfert des installations sportives de Kerlaurent. "Nous pensons les transférer au lieu-dit Kervillerm", précise Jean-Pierre Caroff. Précision d'Alain Queffélec : "Nous avons fait entendre à BMO qu'il faudrait prendre en compte l'existant et notamment l'aménagement du boulevard de Coataudon."

Le calendrier, le coût
Jean-Pierre Caroff, vice-président de BMO l'a martelé toute la soirée: "Il s'agit d'une réflexion sur l'aménagement du quartier que nous mettons à plat. Nous avons la volonté d'en discuter avec vous. Le cahier des charges sera rédigé en 2010 et les aménagements se feront d'ici 5 à 6 ans." L'estimation actuelle du coût d'aménagement (voirie et réseaux d'assainissement) à la charge de BMO est de 26.800.000 .

De vives réactions
Dans la salle beaucoup de craintes en ce qui concerne la desserte de ce futur quartier : "Nous ne voulons pas de voies de circulation importantes à la porte de nos maisons". D'autres estiment que les élus ne prennent « pas en compte la qualité de vie des habitants actuels ». Jean-Pierre Caroff précise que "les raccordements feront l'objet d'un travail approfondi. Les suggestions seront étudiées".
La préservation de la vallée du Costour a également été évoquée : "La vallée vit grâce aux terres agricoles qu'il y a autour, il faudrait revoir le projet en les préservant et en diminuant le nombre de logements".

Ouest-France - Guipavas - 27/06/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil