Centrale solaire bretonne : Goulien bien placée

La petite commune du Cap-Sizun est sur les rangs pour accueillir la première centrale bretonne. Avec 30 hectares disponibles et un fort ensoleillement, elle remplit tous les critères.

Le projet. Dans le cadre du Grenelle Environnement, l'État souhaite favoriser l'installation d'au moins une centrale solaire par région française. Objectif : porter à 23 % le pourcentage de l'énergie produite à partir d'énergies renouvelables, notamment en développant considérablement le solaire photovoltaïque. Pour la Bretagne, l'appel d'offres prévoit une puissance imposée d'au moins dix mégawatts. Le choix de l'emplacement sera connu en début d'année prochaine.

À la pointe. Située à l'extrémité du Cap-Sizun, la commune de Goulien a été la première à se positionner. «C'est une question de cohérence, explique Henri Goardon, le maire de la petite commune. Goulien avait accueilli la première centrale éolienne de l'Ouest : les huit éoliennes, d'une puissance de six mégawatts, tournent depuis 2000.»


 

Henri Goardon, maire de Goulien, devant le site sur lequel pourrait s'implanter la centrale solaire, au pied des huit éoliennes. Ouest-France

Des contraintes. Toute commune qui souhaite accueillir cette première centrale solaire bretonne doit disposer d'un terrain d'une trentaine d'hectares. Et celui-ci ne doit pas être enlevé à une autre activité. En clair, pas question de supprimer des terres agricoles pour permettre au projet de voir le jour. «Cela restreint le nombre de sites potentiels», souligne le maire de Goulien. De fait, rares sont les communes à disposer d'une telle superficie inexploitée. Il faut aussi justifier d'un fort ensoleillement et faire réaliser une étude d'évaluation primaire des impacts environnementaux en repérant, dès maintenant, les espèces nicheuses.

Des atouts. Goulien répond aux critères et son projet est déjà bien avancé. La commune est située dans cette bande côtière sud bretonne, où EDF énergies nouvelles a prospecté, « estimant que c'est la zone de Bretagne où ils trouveraient le plus de soleil ». Elle a déjà un historique sur le plan des énergies renouvelables. Et, surtout, elle dispose des réserves foncières nécessaires : une trentaine d'hectares, gelés dans le cadre du périmètre de protection du site de captage d'eau. «L'installation de la centrale solaire facilitera même la mise en place de ce périmètre», note Henri Goardon. Une douzaine d'hectares appartiennent au syndicat des eaux et les agriculteurs, propriétaires du reste, ont donné leur accord pour la location.

Un symbole. Outre sa cohérence globale - la commune capiste proposerait «sur un même site, l'eau, le vent et le soleil» - le projet de centrale solaire à Goulien aurait, aussi, une jolie portée symbolique. Il y a un peu plus de trente ans, dans la commune voisine de Plogoff, le Cap-Sizun empêchait l'implantation d'une centrale nucléaire.

Nicolas ÉMERIAU.
Ouest-France - Bretagne - 29/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil