Ex-Clemenceau : tous les feux passent au vert

Le « déchet » Q790 est autorisé à franchir les frontières françaises et anglaises. Plus rien ne s'oppose à l'appareillage de l'ancien porte-avions vers l'Angleterre.

C'est le précieux sésame qu'attendait l'ex-Clemenceau pour appareiller vers l'Angleterre. La Grande-Bretagne vient de délivrer une autorisation de transfert transfrontalier au Q790, nom officiel de l'ancien porte-avions. La réglementation européenne et la convention de Bâle imposent la délivrance de ce document pour que les « déchets » comme le Q790 puissent voyager.
C'est jeudi soir que l'Agence de l'environnement britannique a donné son feu vert. Elle a estimé que l'industriel Able UK dispose des infrastructures et des autorisations nécessaires pour démanteler la coque de l'ancien porte-avions en toute sécurité et dans le respect de l'environnement.
Plus rien ne s'oppose donc, en Grande-Bretagne, à l'arrivée du Q790. L'ancien fleuron de la Marine nationale sera désamianté et démantelé dans le chantier de Graythorp, près de la ville d'Hartlepool.
Le patron d'Able UK, Peter Stephenson, indique que les effectifs du chantier vont passer à 200 personnes avec l'arrivée de l'ex-Clemenceau. Il espère toujours que celui-ci sera à Graythorp « avant la fin de l'année ».
Côté français, aussi, la route semble se dégager rapidement. Hier soir, la Direction de l'industrie, de la recherche et de l'environnement (Drire) de Bretagne a envoyé un courrier au ministère de la Défense. On a tout lieu de penser qu'il s'agit de l'autorisation de transfert transfrontalier qu'elle devait délivrer pour le compte de la France.
Il ne restera plus ensuite qu'à obtenir l'autorisation de la Commission interministérielle d'exportation des matériels de guerre pour que l'ex-Clemenceau puisse quitter le quai de Brest où il est amarré depuis mai 2006.

Ouest-France - Brest - 29/11/2008

retour page "Presse"

retour page d'accueil