Financement signé : feu vert à la LGV-Ouest

Tout le monde est d'accord : État, RFF et collectivités ont signé, hier à Paris pour 3,4 milliards d'euros et 182 km de ligne à grande vitesse. Un jour historique qui rapproche l'Ouest de Paris.

37 minutes de moins

L'addition s'élève à 3,4 milliards d'euros pour gagner cette grosse demi-heure entre Paris et Rennes (22 minutes pour Laval, 8 minutes pour Angers et Nantes). Avec 182 km de ligne nouvelle entre Connerré (à l'est du Mans) et Rennes, ainsi que 32 km pour le barreau de Sablé-sur-Sarthe et ses raccordements. Ces 3,4 milliards d'euros sont répartis entre Réseau ferré de France (RFF), pour 1,4 milliard (soit 40 % du total) ; l'État (1 milliard) et les régions : 900 millions pour les collectivités bretonnes, 94 millions pour les Pays de la Loire. Le plan signé, la consultation est lancée, dès aujourd'hui : les trois groupes concurrents Eiffage, Bouygues et Vinci « ont jusqu'à décembre pour présenter leur projet », précise Hubert du Mesnil, président de RFF. Il sera négocié début 2010, les travaux seront lancés fin 2010 pour une mise en service espérée en 2014.

 

Ne pas snober Le Mans et Laval

Toutes les conditions « nécessaires » sont désormais réunies pour mettre la Bretagne à trois heures de Paris. Conditions nécessaires « mais pas suffisantes », remarque Gérard Lahellec, vice-président de la Région Bretagne. Car, « vigilance », il s'agit de bien « contractualiser » les étapes de ce gros chantier, pour en tenir et « les délais » et « les coûts ».

Reste aussi, pour tenir l'objectif de mettre Brest et Quimper à 3 h 08 de Paris, à moderniser ces deux lignes, autre gros chantier en perspective. Patrick Delpech, vice-président de la Région Pays de la Loire se dit, lui aussi, soucieux. Pour trois raisons. Primo, la pérennité de ces engagements financiers sera-t-elle bien maintenue « dans ce contexte incertain » ? Ensuite, et c'est cette fois le vice-président de Le Mans-métropole qui parle : « Veillons bien à la quantité et à la qualité des dessertes » qui doivent être maintenues, notamment au Mans, à Sablé-sur-Sarthe, Laval et Vitré. Enfin, tertio, « la pression monte sur le terrain, elle pourrait rendre difficile les dernières acquisitions... »

30 000 salariés

Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports, par ailleurs « contrôleur en gare du Mans lorsque j'étais étudiant ! » se souvient-il, le rassure : « Même pour gagner du temps, il n'est pas dans l'intérêt de la SNCF de sabrer les grandes villes... » Quant aux pressions des élus locaux, elles sont « très classiques. Rappelons-leur que ce chantier va mobiliser quelque 30 000 salariés et sous-traitants sur leur terrain... »

Grenelle

Jean-Louis Borloo, ministre de l'Écologie et du Développement durable, se félicite de ce large « changement de cap » dû au Grenelle de l'environnement : « Un rattrapage majeur. Dans les dix ans qui viennent, nous allons tripler les lignes à grande vitesse en France. Nous avions tendance à privilégier l'axe nord-sud ; désormais, priorité à l'axe est-ouest. » De quoi améliorer la facture carbone. Mais aussi « renforcer le fret ferroviaire », grâce aux lignes dégagées. C'était déjà ce que préconisait l'économiste Alfred Sauvy, dénonçant en visionnaire le choix du tout automobile, se souviennent ceux qui ont de la mémoire...

Caen-Rennes-Nantes-Lyon

L'association logistique transport Ouest (Altro) qui regroupe vingt-cinq collectivités (dont, récemment, Rennes et Nantes) emmenées par la Région Auvergne, milite pour des lignes directes évitant Paris. Dont Rennes-Nantes-Poitiers-Limoges-Lyon (1 070 km). Coût de la facture, en y ajoutant les autres barreaux envisagés : 25 milliards d'euros. De quoi y réfléchir à deux fois, suggère Gérard Lahellec : « Chaque chose en son temps. D'abord la priorité à Paris-Rennes-Nantes. » Même si cette grande boucle qui desservirait tout l'Ouest « s'impose d'elle-même ». D'ailleurs « ces projets sont déjà dans les tuyaux », répond Jean-Louis Borloo.

Christophe VIOLETTE.
Ouest-France - Bretagne - 30/07/2009

retour page "Presse"

retour page d'accueil