SOMMAIRE


Agir pour un Environnement et un Développement Durables. La création de l'association se situe dans la ligne du Sommet de la terre de Rio. Elle se pose comme objectif d'intervenir sur un large spectre de thématique liée à l'environnement. En commençant par la question des déchets, et du problème des décharges sauvages. Elle étend progressivement ses domaines d'intervention aux pollutions en mer et leurs conséquences littorales. Puis au sujet du nucléaire (civil et militaire), de l'énergie. Ensuite, viendront les OGM, les pesticides, les ondes électromagnétiques.

Agir, premier mot de notre nom dit bien l'objectif de l'association, sans restriction, ouvre à une large palette d'actions. Notamment dans un rôle de sentinelle de l'environnement.

Agir, concrètement en faveur de la protection et de la préservation de la nature (espaces naturels, zones humides, littoral, faune, flore..) et pour l'amélioration du cadre de vie (urbanisme, transports, énergies…). L’association milite également contre les pollutions (air, eau, mer, sol), les nuisances (bruit…) et les risques technologiques majeurs (nucléaires…). Elle demeure vigilante sur les infractions caractérisées, au niveau des différentes réglementations concernant l'environnement et le cadre de vie.

Michel BARON l'Échos de St Pierre, octobre 2012.


Un ancien logo AE2DUn ancien logo AE2D

Noter qu'il existe une association homonyme AE2D Action Environnementale pour le Développement Durable, au Togo principalement sur la forêt communautaire d’Alibi, où les ressources naturelles sont sous forte pression, et plus globalement autour du complexe forestier d’Alibi-Abdoulaye-Bago-Koussountou (45.000 ha environ).
http://www.ae2d-togo.org/index.php/ae2d-organisation-et-foctionnement


1. Statut

1.1 De 1998 à 2009

L'association commence avec des statuts classiques, avec un président un trésorier une AG... Avec l'avantage d'un pilotage efficace avec des personnes identifiées, mais aussi l'inconvénient d'un fonctionnement par trop vertical, pas suffisamment inclusif.

AE2D bénéficie de la reconnaissance d'utilité publique, ce qui lui permet de porter des recours en justice contre des personnes / entreprise / institution qui contreviennent au droit de l'environnement. Cette reconnaissance permet également d'accepter des dons défiscalisés.
AE2D est agréée au titre de la protection de l'environnement pour le département du Finistère (arrêté N°2005-0850 du 03 août 2005).

L'association est lauréate des trophées bretons du Développement Durable 2006 et 2007.

1.2. Depuis 2009

Le choix sera fait d'adopter un fonctionnement plus collectif, plus horizontal, avec une direction en Conseil Collégial où toutes les décisions sont prises à la majorité des membres.

Article 1 Ses objectifs sont d'agir :

L'action de l'association se situe dans le cadre de l'agenda 21

  • En faveur de la préservation de la nature (espaces naturels, zones humides, littoral, faune, flore) et l'amélioration du cadre de vie (urbanisme, transport, énergie…)
  • Contre les pollutions (air, eau, mer, sol…), les nuisances (bruit…) et les risques technologiques majeurs (nucléaires…)
  • À partir des faits constitutifs d'infractions aux différentes réglementations concernant l'environnement et le cadre de vie
Article 3 Les moyens d'action de l'association sont :
  • Bulletins, publications, réunions, expositions, conférences, pour la sensibilisation et l'information des différents publics (scolaires, adultes, …) et l'éducation au développement durable
  • Interventions diverses auprès des décideurs et pouvoirs publics
  • Action d'écovigilence, d'écoveille et d'alerte écocitoyenne
  • Actions en justice et constitutions de parties civiles
Article 7 L'association est dirigée par un Conseil Collégial composé de 5 membres au moins élus pour une durée d'un an par l'assemblée générale. Dans l'intervalle entre deux assemblées générales, le conseil collégial peut accepter d'intégrer un membre candidat. Cependant, ce dernier ne disposera d'aucun droit de vote. Les décisions qui engagent la responsabilité de l'association, aux plans politique (les actions), juridique ou financier sont prises à la majorité des 2/3 des membres du conseil collégial. …

L'agrément d'AE2D pour la protection de l'environnement, a été renouvelé par l'arrêté préfectoral du 19 octobre 2018, sous le N° 2018292-0003.


2. Personnes

La création de l'association par Roger ABIVEN et Christian BUCHER, fait suite à leurs premières actions contre des décharges sauvages dans le territoire de l'agglomération brestoise.

Roger ABIVEN

Dans l'asso : 1998-2014
Rôle : Fondateur
Président jusqu'en 2009
Membre du Conseil Collégial
Dossier : Nucléaire
Éducation - paix
Action : Toutes
Christian BUCHER

Dans l'asso : 1998-2016
Rôle : Fondateur
Vice-président jusqu'à 2009
Membre du Conseil Collégial
Dossier : Pollutions maritimes
Site internet
Action : Recours dégazages

Le groupe se renforce au fil des années. En 2006 une équipe d'animation, est crée, elle comporte 44 personnes. Faute d'un salarié, le travail d'archivage des documents de l'association n'a pas été effectué. Nous avons perdu une partie de l'histoire surtout celle d'avant 2009. À cette date du passage en Conseil Collégial correspond aussi un renouvellement et renforcement en nombres des ses membres actifs.

Alain LE SUAVET

Dans l'asso : 2002-2017
Rôle : Membre Conseil Collégial
Animateur/Dir. officieux
Dossier : Énergie
Site internet
Communication
Action : Gaspare
Hubert PERSON

Dans l'asso : 2006-Aujourd'hui
Rôle : Membre Conseil Collégial

Dossier : Énergie
Déchets
Communication
Action : Gaspare
Magalie REUNBOT

Dans l'asso : 2006-2020
Rôle : Membre Conseil Collégial

Dossier : Communication
Trésorerie
Action : Évènement
Marie-Louise URIEN

Dans l'asso : 2008-aujourd'hui
Rôle : Membre Conseil Collégial
Trésorerie
Dossier : Activité portuaire


Action : Suivi Cargill - Bunge

Action : Évènement
Jacques PERENNES

Dans l'asso : 2009-Aujourd'hui
Rôle : Membre Conseil Collégial
Dir. officieux 2016
Dossier : Biodiversité
Communication

Action : Collectif Vallée du Restic
Michel MARZIN

Dans l'asso : 2010-aujourd'hui
Rôle : Adhérent

Dossier : Nucléaire
Santé

Action : CLI des Monts d'Arrée
Claudette PÉDEL

Dans l'asso : autour de 2002
Rôle : Membre Conseil Collégial

Dossier : Nucléaire
Ondes électro-magnet

Action :
Brigitte OMNES

Dans l'asso : autour de 2002
Rôle : Membre Conseil Collégial

Dossier : Biodiversité
Abeilles
Pesticides
Action : Kokopelli
Mélissandre Salomon

Dans l'asso : autour de 2002
Rôle : Membre Conseil Collégial

Dossier : OGM
Nucléaire

Action : Manifestations
Chrstine REICH

Dans l'asso : autour de 2011
Rôle : Membre Conseil Collégial
Secrétariat
Dossier : Réseau


Action : Gaspare
Michel VOISSET

Dans l'asso : 2017 - 2022
Rôle : Adhérent
Membre du CoCo
Dossier : Port de Brest


Action :

Citons encore : Roger CONNAN, André HUET, Pierre LE GUEN, Rozenn LESGUER, Philippe LE TALLEC, Priscylle STAMM, Claude TERASSON, Delphine TRÉHARD, Xavier VASSEUR…

En 2011 le Conseil Collégial comporte 12 membres.
En 2022 ce sont 7 membres.

Les adhérents : en 2006, il y a 120 adhérents, dont 45 membres actifs.
Plus d'une centaine d'adhérents sur les 10 dernières années. Moins d'une trentaine à jour de leur cotisation aujourd'hui.

Les associations et collectifs amis sont nombreux sur les différents thèmes abordés par AE2D, et les relations entre membres des groupes sont importantes. Comme nous le verrons dans la partie Actions, les partenaires les plus fréquents sont Bretagne Vivante, Eau et Rivières de Bretagne, Force 5… Vous trouverez une liste plus complète sur la page

Roger ABIVENRoger ABIVEN
Christian BUCHER, Brigitte OMNES, Roger ABIVEN, Alain LE SUAVET, Mélissandre SALOMONChristian BUCHER, Brigitte OMNES, Roger ABIVEN, Alain LE SUAVET, Mélissandre SALOMON
Mélissandre SALOMON, Jacques PERENNES, Michel MARZIN, Claude TERRASSONMélissandre SALOMON, Jacques PERENNES, Michel MARZIN, Claude TERRASSON

3. Thèmes

3.1. Déchets

Les dépôts ou décharges sauvages sont une plaie pour les écosystèmes et les lieux de vie, de promenades. Heureusement en régression, on ne trouve plus les grandes décharges que l'on observait jusque dans les années 90, le phénomène existe néanmoins toujours, et il n'est pas traité, par tous les acteurs, avec le sérieux qu'il mériterait. Les déchets de toutes tailles et natures sont jétés dans la nature de façon illégale (mais pas toujours, si le dépôt concerne une parcelle privée), des camions, des voitures, de l'électro-ménager, des restes de matériaux de construction, des bonbonnes de gaz, des extincteurs, des ordures ménagères, se retrouve concentrées sans traitement ni précaution, polluant durablement les sols et possiblement les cours d'eau ou nappes phréatiques. Il y a aussi des emballages plastiques, des mégots qui sont disséminés dans tous les recoins des espaces naturels et habités.

La pollution maritime et des espaces littoraux provient à la fois de la terre et de la mer. Les dépôts sauvages contribuent à la dissémination des matières plastiques transportées par le vent, les eaux de ruissellement sur lesquelles elles flottent, et se retrouvent, après quelque temps, en mer où elles se dispersent encore au grès des courant et de la houle, avant de s'échouer sur les plages et estrans. Venant aussi de terre les effluents issus de l'élevage intensif, en Bretagne surtout de l'élevage porcin, une fois épendus en trop grande quantité sur les champs ou bien simplement directement de la fosse à lisier vers le ruisseau qui finit sa course en mer, ruissellent et participent à l'eutrophisation des milieux aquatiques. Pour le dire trivialement, la pisse des cochons d'élevage asphyxie la vie dans les cours d'eau, et fertilise les algues vertes. Enfin, de la mer, viennent les nappes d'hydrocarbures relâchées par les navires de transport maritime qui préfère souiller la mer au large plutôt que de payer des opérations de maintenance dans les ports. Heureusement, ce type de pollution est en grande diminution depuis les années 2010, grâce à une nouvelle législation et une surveillance efficace par image aérienne. Le dernier accident lié au transport d'hydrocarbures remonte à des années, mais nous ne sommes pas à l'abri d'une nouvelle catastrophe du même genre.

La gestion quotidienne des déchets est suivie localement par la participation à la CCSPL (voir § 4.3.) du Syndicat mixte d’études pour l’élimination des déchets (SYMEED 29).

3.2. Nucléaire

Qu'il soit civil ou militaire le nucléaire présente des risques pour les travailleurs directement au contact des sources radioactives. Les personnels de l'Ile Longue ont ainsi travaillé durant deux décennies sans aucune protection au montage des missiles à têtes nucléaires. Les personnels de la centrale de Brennilis aujourd'hui en phase de démantèlement, ont été eux aussi, à des degrés divers exposé aux rayonnements ionisants notamment au travers du tritium, élément assimilable par les organismes vivants. C'est le risque le plus faible, qui expose à bas bruit, mais sur le long terme, les organismes aux effets perturbateurs de la radioactivité.

En matière de risque, les applications nucléaires diffèrent par la diversité. L'exploitation d'une centrale fait courir des risques de fuite d'éléments radioactifs dans le milieu ambiant en cas d'incident ou d'explosion de l'installation. Statistiquement la probabilité du risque est très faible, mais son ampleur est potentiellement très grande. Le problème des déchets issus du fonctionnement des réacteurs, n'a jamais trouvé de solution technique, depuis des décennies de fonctionnement des filières. L'enfouissement profond apparaît comme une solution purement économique qui consiste à se donner l'impression que l'on s'est débarrassé d'un problème dont la persistance dans le temps n'a rien de commun avec le temps humain, d'une vie, des génération, et même des civilisations. Faire encourir ce risque pour une utilisation extrêmement courte dans le temps, et énergétiquement très partielle du combustible apparaît totalement disproportionné.

Enfin, le risque de l'utilisation des armes nucléaires en cas de guerre représente le risque maximum, celui de l'anéantissement de cibles comme des villes avec des effets à l'échelle de régions voire de pays. La doctrine de la dissuasion permet, en théorie, d'éviter le passage à l'acte grâce à un équilibre des forces. Souhaitons que cette théorie soit toujours vérifiée, ou la guerre nucléaire qui en résulterait serait une catastrophe planétaire et humaine, que l'humanité aurait bien du mal à surmonter pour parer sa disparition pure et simple.
La guerre entre bélligérants nucléaire devient ainsi un risque majeur pour l'humanité toute entière. L'éducation à la paix doit devenir une priorité.

3.3. Énergie

Il s'agit, avec celui des déchets, du thème principal dont doit traiter le Développement Durable. L'énergie nous est devenue indispensable et l'essor des modes de vie de la société industrielle puis post industrielle y est directement lié. La maîtrise du feu a sûrement constitué la première consommation d'énergie contenue dans le bois. Puis l'eau le vent avec le développement des technologies de l'antiquité jusqu'aux abords du 17ème siècle.

La machine à vapeur, qui peut fonctionner au bois, mais beaucoup moins au charbon, énergie plus concentrée et légère, va s'appliquer aux transports à la mécanisation du travail jusqu'alors assurer par la force des travailleurs et de la traction animale.

Les énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz) vont considérablement étendre les possibilités humaines pour la création de biens matériels procurant un confort inconnu auparavant, elles vont aussi multiplier les possibilités d'exploitation des ressources naturelles et de destruction de la nature.
Le changement opéré par ce nouveau mode de consommation de l'énergie est si important qu'il en vient à modifier les équilibres planétaires dont les premières conséquences sont le changement du climat.
L'énergie contenue dans les fossiles vient de l'énergie solaire capturée par des végétaux dans leur matière organique par le phénomène de photosynthèse en captant le carbone aérien. Ces grandes quantités de matières accumulées sous terre ou sous mer au cours des âges géologiques ont piégé une aussi grande quantité d'énergie solaire et une tout grande quantité de carbone atmosphérique, compensant ainsi une augmentation constante liée au volcanisme.
Mis en lumière depuis les années 1987, le taux de CO2 dans l'atmosphère est directement corrélé à la température moyenne de la terre. Les émissions des Gaz à Effet de Serre dues à la combustion des fossiles sont ainsi directement corrélées à une élévation des températures constatée depuis les années 1800. Les modèles de plus en plus affinés expliquent et prédisent les changements climatiques en cours et à venir. Le constat de ce changement sur les milieux naturels peut se faire sur toute la planète.

On le voit le recours aux énergies fossiles est problématique et ne peut pas être poursuivi. Ce changement devrait nous pousser à nous tourner vers les énergies dites renouvelables, géothermie, vent, eau, marées, soleil. Leur rendement plus faible que les fossiles rend leur impact environnemental plus fort.

Nous ne pouvons plus continuer dans la direction donnée par la société industrielle, les sociétés durables vont devoir réduire drastiquement leur consommation énergétique, qui reposera uniquement sur des sources renouvelables, nous ne devrons pas seulement changer les modes de vie, mais aussi toute l'organisation sociale.

3.4. Ondes électro-magnétiques

Les appareils électriques domestiques en produisent, tout comme les transformateurs industriels, ou les lignes à haute tension et bien sûr les terminaux et les antennes-relais de la téléphonie mobile. Ces rayonnements sont divers en fréquence comme en intensité. La superposition des ondes émises renforcée par des phénomènes de focalisation peut créer très localement des expositions intenses.
Les effets sur la santé, sont rapportés par des victimes, les études scientifiques sont loin d'être unanimes sur les effets des ondes sur les organismes humains ou animaux.
L'auteur de ces lignes ne sais que penser et reste réservé sur ce thème, tant les situations d'exposition peuvent varier dans l'espace et dans le temps.
AE2D alerte sur ce sujet des risques des antennes-relais, des émetteurs des compteur Linky.
Ondes ou pas ondes, l'érection des antennes-relais partout sur le territoire posent néanmoins des problèmes de bétonnage et de destruction des sols ainsi que des pollutions visuelles.

3.5. Eau

L'eau est à la fois un milieu de vie et une ressource indispensable au vivant et aux activités humaines. Nappes phréatiques, cours d'eau, précipitations, évaporation, sont toutes des manifestation du cycle de l'eau, qui est au centre des écosystèmes. Les activités humaines perturbent de nombreuses façons l'état des eaux et le cycle de l'eau lui-même. Ainsi, le changement climatique modifie localement, le rythme, les périodes et l'abondance des précipitations, qui modifient à leures suites le débit des cours d'eau et le niveau des nappes phréatiques. Les consommations, agricoles, industrielles et domestiques, augmentent elles aussi en quantité importante. La pollution chimique et bactérienne issue de ces activités impactent fortement la qualité des eaux. C'est particulièrement vrai en Bretagne (Comme nous l'avons déjà dit plus haut dans le § 3.1. Déchets) où les apports en nitrates sont en excès.
Les risques de sécheresse, pollutions, inondations sont connus. Des adaptations, dans notre façon de consommer l'espace en artificialisant et imperméabilisant les sols, peuvent réduire ces impacts négatifs. De même les pollutions doivent être traitées à la source en réduisant l'utilisation des molécules dangereuses qui s'accumulent dans l'environnement et se diffusent dans l'eau, en repensant les méthodes de production afin de limiter les rejets, en transformant l'agriculture vers un modèle biologique et autonome localement.
Ces transformations sont encouragées au niveau européen par la directive cadre sur l'eau, et sont pilotées en France par les agences de l'eau, comme l'Agence de l'Eau Loire-Bretagne. Plus localement la Mission interservices de l'Eau et de la Nature (MISSEN) édite des suivis de la qualité des eaux pour le Finistère.
Les zones humides sont particulièrement importantes pour le rôle de filtration et de traitement naturel des eaux qu'elles remplissent, la fonction de rechargement des nappes. Ce sont aussi des milieux très riches pour la biodiversité.

3.6. Biodiversité

La biodiversité est en danger, victime des activités humaines. L'urbanisation contribue, à grande échelle, à l'artificialisation des sols, aux coupures des continuités écologiques. La consommation des biens industriels entraîne la destruction d'espaces considérables. L'agriculture chimique détruit directement le vivant en commençant par les insectes et les habitants des sols. La pression sur les milieux est toujours plus forte depuis l'essor de l'industrie. Le changement climatique perturbe les populations végétales et animales plus vite qu'elles ne peuvent s'adapter. Les causes et facteurs s'additionnent, parfois se multiplie par des effets de synergie. Tous les milieux de la planète sont à présent touchés, les campagnes des pays occidentaux, les forêts d'Amazonie, d'Afrique et d'Indonésie, les mers et les océans, l'Arctique. Partout, les populations diminuent, des espèces sont en danger d'extinction.
Localement, en protégeant de l'urbanisation les zones humides, les vallées et vallons, en supprimant le recours aux produits chimiques, en réduisant l'intensité des productions et des consommation, nous pouvons agir pour inverser le cours de cette catastrophe tant qu'il est encore temps.


4. Actions

4.1. Mobilisations et Recours juridiques

4.1.1. Dépôts sauvages

Des voitures éventréesDes voitures éventrées
Des bonbonnes de gaz non sécuriséesDes bonbonnes de gaz non sécurisées

L'entrée de la déchargeL'entrée de la décharge
Des tonnes de déchetsDes tonnes de déchets
Les déchets se décomposent à même le solLes déchets se décomposent à même le sol

4.1.2. Démantèlement du porte-avions Clémanceau

Des suspicions de pollution par fragments de peinture dus au grattage de la coque. Mise en place d'un comité de veille citoyenne et juridique. Recours auprès du tribunal administratif de Rennes en 2008, qui sera débouté par le juge des référés le 02 février 2009.
https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mant%C3%A8lement_du_porte-avions_Clemenceau

Clémenceau ressemblant pour la dernière fois a un porte avionClémenceau ressemblant pour la dernière fois a un porte avionPas29 - Travail personnel,
3 février 2009

4.1.3. Sauvegarde de la vallée du Restic

AE2D a soutenu la création du collectif "Pour la sauvegarde de la vallée du Restic" pour contester le projet de Voie de liaison Nord Lambézellec à Brest, dans une zone naturelle protégée. C'est une des plus longues batailles entreprise par AE2D, qui aura couru pendant 13 ans et 13 pommiers plantés symboles de la lutte.
https://www.facebook.com/sauvegardelavalleedurestic

L'eau du ResticL'eau du Restic
Les oiseaux de la valléeLes oiseaux de la vallée
Chêne aux mille visages et autres arbres de la valléeChêne aux mille visages et autres arbres de la vallée
2006 Février : Annonce voirie routière de contournement nord de l’agglomération associé à la réalisation du tramway
2008 Novembre : Concertation publique projet de contournement nord de Brest
2009 Février : Création d’un collectif pour la sauvegarde de la vallée du Restic
Juin : Le conseil de métropole adopte le tracé passant par la vallée
Novembre : Une éco-rando rassemble 250 personnes dans la vallée
2010 Octobre : Espèces protégées : orvets, libellules, batraciens et un crapaud accoucheur l’alyte obstetricans larenti
2012 Décembre : Arrêté de Déclaration d’Utilité Publique (DUP) signé par le préfet
2014 Août : Arrêté du Préfet du Finistère portant dérogation pour destruction d’espèces protégées
2016 Mars : Le Tribunal administratif de Rennes annule dans sa totalité l’arrêté de Déclaration d’Utilité Publique (DUP)
Octobre : Le Tribunal administratif de Rennes annule dans sa totalité l’arrêté portant dérogation pour destruction d’espèces protégées
Novembre : La Cour Administrative d’Appel confirme la décision du mois de mars
2018 Octobre : Rejet du pourvoi en cassation de Brest métropole devant le Conseil d'Etat, concernant l'annulation de la DUP du projet de voie de liaison RD112/RD205
2019 : Concertation avec asso et riverains aboutie à 6 scénarii
2021 Juin : Consultation avec registre en ligne et en mairies, plus de 250 avis , majoritairement contre le projet et contre le passage par la vallée
2022 Mars : Restitution de la consultation, et annonce de l'abandon du projet
Juin : Délibération de Brest Métropole
Juillet : Fête de la vallée
Plantation d'un pommierPlantation d'un pommier
PancartesPancartes
MobilisationMobilisation


4.1.4. Gaspare

La Bretagne produit peu de l'énergie électrique qu'elle consomme ce qui a conduit à la signature du pacte électrique breton pour sécuriser la consommation de la péninsule. Ce document propose une centrale au gaz, solution à contretemps des politiques de réduction des émissions des gaz à effet de serre. De plus l'Interceltic-Connector qui prévoit une liaison entre l'Irlande et la Bretagne permet déjà de résoudre le problème auquel doit répondre cette centrale. Tout, dans ce projet qui ne résiste pas à un examen attentif, indique la volonté de quelques-uns au passage en force, mené sans enquête publique, à l'encontre de ce qu'une politique énergétique durable réclamerait de bon sens. Le combat est mené par le collectif GASPARE l'association Force 5.
http://www.nonalacentrale.fr/wp-content/uploads/2011/07/Argumentaire-23-07-2011.pdf
Scénario électrique alternatif breton
http://www.nonalacentrale.fr
https://fr-fr.facebook.com/associationforce5

Un projet inutileUn projet inutile
Maquette de l'usineMaquette de l'usine
Non à la centraleNon à la centrale
2010 Septembre : Annonce d'un projet de centrale au gaz CCG de 450MW dans la presse
Novembre : Création du groupe GASPARE salle Tissot à Brest
Décembre : Signature du préfet et du président de région
2011 : Un projet se dessine à Guipavas
Octobre : Appel d'offre de l'État, 4 opérateurs et 11 sites sont à l'étude
2011-2015 : Nombreuses interventions auprès des conseils municipaux, rencontre avec tous les acteurs du projet, conférence et débats, interpellation des partis politiques, rédaction d'un Scénario électrique alternatif breton…
2012 : Le projet se pose à Landivisiau
2013-2016 : Série de 5 recours auprès du Tribunal Administratif de Rennes :
1 - 2013 Mars contre l'arrêté du Ministère autorisant Direct Énergie Génération à exploiter
2 - 2014 Novembre contre l'arrêté du préfet du Finistère délivrant le permis de construire
3 - 2015 Juin contre l'arrêté du ministère déclarant l'utilité publique de la ligne THT entre La Martyre et Landivisiau
4 - 2015 Juillet contre l'arrêté du préfet du Finistère déclarant l'utilité publique du gazoduc entre St Urbain et Landivisiau
5 - 2016 Mai contre l'arrêté du préfet du Finistère autorisant la Compagnie Électrique de Bretagne à construire et exploiter
2015-2017: Tous les recours sont rejetés par le TA de Rennes
2015-2017: Recours en appel auprès de la Cour Administrative d'Appel de Nantes
2017 : Tous les appels sont rejetés
2017 : Pourvoi en cassation auprès du Conseil d'État
2017-2021 : Les pourvois en cassation sont rejetés
2019 Janvier : Début des travaux de construction
2021 Novembre : Premiers essais
2022 Avril : Mise en service officielle de la centrale
Injections de bétonInjections de béton
MobilisationMobilisation
La centrale en cours de finalisationLa centrale en cours de finalisation

4.1.5. Pollution des eaux

AE2D est partenaire d'Eau & Rivières de Bretagne pour se porter partie civile dans les cas de pollution des cours d'eau.

2005 Avril : Plainte contre X pour la pollution du Justiçou affluent de l'Élorn
2018 : Plainte contre X pour la pollution du ruisseau Loc Éguiner
Les pollutions au lisiers tuent tous les animaux de la rivière par asphyxieLes pollutions au lisiers tuent tous les animaux de la rivière par asphyxie
Une citerne dont le robinet est mal fermé/une porcherie dont le mur s'est écrouléUne citerne dont le robinet est mal fermé/une porcherie dont le mur s'est écroulé
Une hécatombe de poissons mortsUne hécatombe de poissons morts

4.1.6. Marées vertes

Épandage de lisierÉpandage de lisier
Les bonnes algues vertesLes bonnes algues vertes
Épaisseur du dépôt sur l'estranÉpaisseur du dépôt sur l'estran

4.2. Évènements et Communication

4.2.1. Mobilisations

Des manifestations contre des activités ou des projets à fort impact sur les milieux.

La flotille rade de Brest pour une mer propreLa flotille rade de Brest pour une mer propre
Le radeau de molécules chimiquesLe radeau de molécules chimiques
Manifestation avec le réseau Sortir du nucléaireManifestation avec le réseau Sortir du nucléaire
Manifestation anti OGMManifestation anti OGM
Mise en scène au marché de KérinouMise en scène au marché de Kérinou

4.2.2. Courriers

Aux élus, institutions, représentant de l'État :


4.2.3. Conférences

Roger ABIVEN reçoit un ginkgo biloba à la semaine du développement durable 2006Roger ABIVEN reçoit un ginkgo biloba à la semaine du développement durable 2006
Plantation du ginkgo au jardin du square Beautemps-Beaupré face à la rade à BrestPlantation du ginkgo au jardin du square Beautemps-Beaupré face à la rade à Brest

4.2.4. Soirée projection film/débat aux cinémas Les Studios


4.2.5. Ballades

Des éco-randonnées co-organisées sur des lieux sensibles, afin de mieux connaître les milieux naturels et les risques liés aux aménagements.

Marche ascensionnelle de groupe dans le CostourMarche ascensionnelle de groupe dans le Costour
Halte naturaliste en assemblée au ResticHalte naturaliste en assemblée au Restic
En file indienne la traversée du ResticEn file indienne la traversée du Restic

4.2.6. Fêtes


4.3. Participation aux CCSPL et CLI

Plusieurs cellules de veille ont été mise en place autour des activités portuaires, terminal en silos de soja Cargill depuis repris par Bunge, participation au Conseil Portuaire de Brest, surveillance du projet de stockage de charbon (abandonné), des travaux d'agrandissement et d'aménagement du polder.

Surveillance du site Seveso du port avec l'association Brest Seveso, et de la pyrotechnie St Nicolas au Relecq-Kerhuon, activités aujourd'hui couverte par un Plan de Prévention des Risques Technologiques depuis 2017.

AE2D participe également aux réunions thématiques de la Commission Consultative des Services Publics Locaux (CCSPL) de BM (eau, déchets, restauration scolaire, transport en commun, …). Elle participe aussi à la Commission locale d’information auprès des sites relatifs à l’exploitation des installations nucléaires de la défense de Brest, comme ceux de l’Île Longue. Elle est attentive au démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis dans la Commission Locale d'Information des Monts d'Arrée.

Nous demandons la création immédiate de la Commission locale d'information. On nous parle d'une installation en décembre et de l'ouverture de l'enquête publique pour la poursuite du démantèlement de la centrale, en janvier. Il faut un délai suffisant pour que la commission soit consultée.
La CLI devra commencer par recevoir toutes les réponses aux nombreuses questions posées par les associations et qui demeurent en suspens depuis des années. La conséquence en est une opacité persistante sur l'état, notamment radiologique du site et de son environnement…


Lettre ouverte déposée en préfecture en septembre 2009 signée par Delestage, L'eau et la Terre, Sortir du nucléaire


Manifestation pour l'ouverture d'une CLI à BrennilisManifestation pour l'ouverture d'une CLI à Brennilis
Centrale nucléaire à eau lourde de Brennilis en activité de 1967 à 1985Centrale nucléaire à eau lourde de Brennilis en activité de 1967 à 1985
Usine d'incinération du Spernot à BrestUsine d'incinération du Spernot à Brest
Entrepôts portuaire de soja OGM Cargill (aujourd'hui Bunge)Entrepôts portuaire de soja OGM Cargill (aujourd'hui Bunge)
Zone SévesoZone Séveso
Extension de polder en 2009Extension de polder en 2009

5. Bilan

En plus de 20 ans d'existence, l'association AE2D a soulevé, traité et informé de nombreux sujets liés aux atteintes à la nature. Son action a été particulièrement importante pour :


Ces résultats tangibles sont assez impressionnants quand on précise qu'ils sont le résultat du travail d'une association amateure uniquement composée de bénévoles. Toutes ces actions ont été menées avec d'autres associations auxquelles AE2D s'est associée, et grâce au dialogue entretenu avec les élus et les instances de décision de l'État et des collectivités que l'association a sollicitées. Le rôle moteur des fondateurs, de ses animateurs puis du conseil collégial, à été déterminant dans les succès que nous pouvons apprécier à leur juste valeur en nous retournant sur deux décennies d'action.

Il reste encore des combat à mener, certains sont difficiles, la lutte contre la centrale à gaz de Landivisiau n'a pas porté ses fruits, les problèmes dûs au modèle agricole breton (pollution des ruisseaux, algues vertes, projets de méthaniseurs) paraissent immuables sans une volonté politique d'évolution vers une agriculture durable, bio et paysanne.


Au plus fort de son existence, autour des années 2010, elle bénéficiait d'une quarantaine de membres actifs et réunissait plus de 120 adhérents.

La question du renouvellement avec des recrues plus jeunes se pose.

C'est un défi que l'association devra relever, mais qui est rendu difficile par le faible nombre de membres encore actifs et du peu de disponibilité qu'ils pourront consacrer à AE2D.

AE2D Avril 2022 - juin 2022